CAMBODGE l Phnom Penh, une capitale chargée d’Histoire

P1230185

 

LilyBy Lily

Pour vous décrire Phnom Penh, je dirais que c’est tout d’abord une capitale asiatique relativement « classique », en ce sens que c’est un mix entre un joyeux bordel, des marchés qui grouillent, des petits magasins, des quartiers plus luxueux, et le tout sous chaleur et pluie d’orage.

En gros, nous on aime beaucoup et on vadrouille à coup de tuktuk et de tongue pour découvrir la ville…

Nous en avons également profité pour regoûter aux plaisirs des p’tits plats occidentaux, tout en sachant que nous allions enchainer avec plusieurs semaines de soupes de nouilles et riz en tout genre…

Inutile de dire que nos papilles ont appréciées !

Et pour parfaire le plaisir des papilles, rien ne vaut le plaisir du sport avec le démarrage de l’Euro2016, et le défi de Kersu de réussir à voir les matchs !

Phnom Penh c’est aussi autre le palais Royal et ses nombreuses pagodes comme on en retrouvera dans tout le pays. Nous en profitons d’ailleurs pour faire une initiation à la méditation dans un des temples, guidés par un moine bouddhiste !!

Et oui, nous méditons à fond, il faut bien se mettre en condition pour aborder notre futur retour de manière zen !!!

Mais au delà des apparences touristiques, Phnom Penh est surtout la capitale d’un pays qui se remet à peine d’une période de génocide par les Khmers Rouges.

Pour la touche historique de cet article, un petit résumé de l’Histoire (façon Lily, donc vous m’excuserez les éventuelles imprécisions) :

Les accords d’Evian de 54 marquent (entre autre) la fin de la guerre d’Indochine (1946-1954). Ces accords partagent alors temporairement le Vietnam en deux. Au nord du Vietnam un gouvernement communiste, et au sud un gouvernement soutenu par les américains… Ceci déclencha la guerre du Vietnam (1955-1975) avec les américains qui ont alors largement bombardé ce pays.

Ce que l’on dit malheureusement souvent peu, c’est que les bombardements américains ont surtout été largement étendus au Cambodge, voisin du Vietnam.

Un petit chiffre qui remet les idées en place: les américains ont lancés 850 000 bombes sur le Vietnam, mais plus de 3 millions sur le Cambodge (en un an!) !!! Soit plus que l’ensemble des bombes utilisés par les alliés pendant toute la seconde guerre mondiale !!!

Dans ce contexte chaotique de guerre, il se met alors en place au Cambodge le régime des « khmers rouges » dirigé par Pol Pot, qui profitera de la misère et de la peur du peuple face aux bombardements pour prendre les rênes du pays. Les Khmers rouges sèmeront la terreur entre 1975 et 1979 (donc juste après la fin de la guerre du Vietnam). Ils commenceront par vider toutes les villes pour forcer la population a retourner travailler la terre dans la campagne. Entre autre, l’ensemble des intellectuels (médecins, enseignants, ingénieurs, ….) seront exécutés pour « remettre la culture de la terre au centre du pays ». Ils tueront et tortureront entre 1,7 et 2 millions de cambodgiens sur un total d’un peu moins de 8 millions de cambodgiens dans le pays. Soit pratiquement 25% de la population !

La chute de ce régime aura lieu en 1979 par l’armée vietnamienne.

Nous avons souhaité prendre le temps de mieux connaitre et nous imprégner de cette histoire en visitant les différents lieux témoins à Phnom Penh. Entre autre, le lycée transformé en lieu de détention (nommé S21) où plus de 20 000 personnes ont péri. Ensuite les « Killings fields », des champs de la mort où l’on tuait les détenus.

Ces visites seront particulièrement difficiles et éprouvantes mais importantes pour mieux comprendre le pays. Très peu de photos de ces sites qui ne s’y prêtent pas, mais juste quelques unes pour effet de «témoignage».

Le lieu de détention S21 :

P1230182

 

 

 

 

 

 

 

Les Killings Fields :

Quand on pense que tous les cambodgiens de plus de 40ans ont vécu cette période d’horreur, il est impossible de se dire que c’est de l’histoire ancienne. Nous nous doutions que cela allait être présent dans les discussions, notamment lors de notre prochain volontariat. Il était donc important pour nous de mieux connaître ce passé pour mieux connaître et échanger avec les Cambodgiens !

En conclusion, Phnom Penh nous a franchement plu pour cet aspect histoire et introduction avec la culture du pays. Une étape costaud moralement, mais nécessaire.

Ce sera donc chargés de ces émotions que nous partons pour 3 semaines de volontariat dans un petit village cambodgien !

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *