PEROU l La selva, jungle amazonienne…

P1120698

LilyBy Lily

 

 

Nous voici partis pour 3 jours dans la jungle péruvienne, la « Selva » pour le petit nom local.

Perso, quand on me dit jungle, je pense :

1) « Crocodile dundee »croco moogli

et

2) « Mowgli ».

 

Autant dire que je suis parée pour ne pas être déçue…

 

 

Grâce aux bons plans de MrK, nous trouvons le contact d’un guide via couchsurfing (et oui, c’est ce qui s’appelle le détournement des réseaux sociaux), qui nous propose de passer 3 jours en totale immersion, loin des tours organisés, au cœur de la jungle (la vraie de vraie), et surtout au milieu de ses animaux les plus locaux. Nous on dit, bancoooo !

Pour atteindre le cœur de la réserve, ce ne sera pas moins de 6 transports à enchainer en 24h pour rejoindre notre guide :

  • Une nuit en bus de 10h à partir de Cusco
  • Un taxi, puis un 2ème à l’arrivée (frais comme des gardons)
  • Un bateau à moteur pour remonter la rivière pendant 1h
  • Une marche à pieds de 1h30 au milieu de la Jungle avec un premier guide. Une promenade de santé où nous observerons au passage quelques tarentules sortir de leur trou, nous découvrirons ces curieux arbres qui marchent (oui oui vous avez bien lu), des oiseaux, des singes, des arbres à fourmis, … ça commence bien.
  • Nous terminons par un bateau à rame d’1/2h sur un lac totalement perdu dans un décor amazonien du bout du monde. Nous croiserons une famille de loutres au milieu du lac, et de petits caïmans…toujours sympa l’accueil.

Le séjour s’annonce riche en faune et flore, et autant dire que notre radar « petite bête et grande bête » est au taquet.
Nous sommes logés par une famille qui vit au cœur de la réserve et qui tient un Lodge tout en bois et moustiquaire, paaaar-fait !

 

Les 3 jours que l’on a passés se sont tous à peu près déroulés en suivant le rythme de mère nature. 

Tout d’abord l’accoutrement. Et oui, on ne s’improvise par Crocodile Dundee aussi facilement. Après nous êtres aspergés de produit anti-moustique autant que certains d’eau de cologne, nous enfilons nos bottes en caoutchouc prêtées par la maison. Si si, des bottes en caoutchouc, celles-là même que l’on refusait de mettre quand on était enfant.

Et bien là, entre la boue et les bêtes plutôt peu familières, nous sommes bien contents de les enfiler ces bottes. D’ailleurs, s’ils avaient eus une combinaison intégrale en caoutchouc entre catwoman et le pêcheur de moule, autant dire que j’aurais pas moufté pour l’enfiler.

Bref, je m’égare.

Le programme de chaque jour était donc calé sur mère nature :

  • Un reveil aux aurores (vers 5h) pour aller faire tour en barque pendant 2h. Là on admire les singes dans les arbres, les petits (et moins petits) caïmans qui rodent dans le lac, nous guettons les loutres, admirons les oiseaux allant du perroquet au colibri…
  • Nous attaquons ensuite un petit dej de champion, avec pancake et café, de quoi reprendre des forces par délégation pour le rameur de notre bateau. Oui faut quand même être honnête, jusque là nous n’avons pas fait grand chose.
  • Nous enchainons avec une petite marche à pied dans la jungle. Là nous évitons quelques beaux spécimens de serpents (et là on dit, vive les bottes), nous admirons des troupes de fourmis dont certaines à la piqure terriblement douloureuses, certaines toutes petites et d’autres sont énormissimes, nous observons des singes de plus près, des arbres aux propriétés incroyables… Etonnant, nous goutons à la sève de l’abre « Quinquina ». Un goût fort amer qui n’est pas sans rappeler pour ceux qui connaissent ce médicament anti-palu, la nivaquine !
  • Après un déjeuner fort délicieux, fait de riz, de végétaux, de bananes et de jus de fruit, une petite sieste… Il faut bien se remettre de toutes ces émotions.
  • Enfin, vers 16h30, nous ressortons en barque, pour admirer les animaux qui sont un peu plus présents au coucher du soleil… Magique. Des caïmans dans tous les sens nous observent…Ils nous regardent, on les regarde, ils nous regardent, on les regarde… Bref, on s’oberve un peu en caïmans de faïence.

Petit instant culture : Pour ceux qui se le demandent, mais quelle est donc la différence entre un caïman et un crocodile ? Et bien c’est très simple selon les sites experts : « Chez le crocodile, la 4ème dent de la mâchoire inférieure dépasse quand leur gueule est fermée, ce qui n’est pas le cas chez les alligator et Caïmans. Par ailleurs les caïmans auraient une absence de septum entre les narines. »

Evidemment ! Donc, si vous croisez une bête de plus de 2m de long toute en écaille, commencez par faire une analyse anthropologique de ses dents et ses narines avant de savoir si vous pouvez faire ami-ami… Surtout, ne me dîtes pas merci pour le tuyau !

Au milieu de toute cette jungle, voici deux anecdotes un peu particulières qui nous vraiment marquées…

La première anecdote, le premier soir. La nuit tombée, notre guide rame doucement, nous observons dans les feuillages un « petit » caïman d’1m environ (pfff, un bébé !). Soudainement nous voyons notre guide plonger les mains dans l’eau, saisir la bête, et le ramener dans notre bateau, tout en le maintenant à la gorge pour qu’il ne morde pas.

Bordel de bordel, ce n’est pas une promenade de tout repos cette histoire ! Nous faisons donc la connaissance de ce petit caïman, peu rassuré (là je parle de lui même si nous sommes tous dans le même bateau), l’occasion de toucher sa peau écaillée, et de réaliser que nous sommes juste à coté d’une belle rangée de dents !!!

Pour les plus sceptiques, photo à l’appui !

P1120420

La deuxième anecdote, le dernier jour.

Nous découvrons un groupe de loutres sauvages, les reines de ce lac. On ne le dit pas souvent, mais ça fait un de ces vacarmes comme animal !!! ça glougloute entre elles (imaginez à peu près la même chose que lorsqu’on essaye de parler en se rinçant les dents), ça se chamaillent en pêchant, bref, des loutres survoltées.

Episode épique, depuis notre barquounette (qui semble parfois bien petite) nous observons les loutres en question qui vont taquiner un caïman qui dort tranquillement. Ni une ni deux, le caïman se jette sur elles, histoire de leur montrer qu’elles foutent peut-être le bazar, mais il a quand même plus de dents à lui tout seul.

Tout cela crée un moment de flottement, ça piaille dans tous les sens, ça plonge, saute, glougloute, bref, on ne sait plus qui est en train de se faire les crocs sur qui… au final, tout le monde se carapate, après un bon coup de sang.

Notre guide nous expliquera la chaine alimentaire du coin, en nous précisant que généralement une famille de loutres est plus « forte » qu’un caïman seul (mais non, il ne sait pas qui est plus fort entre sangoku et superman). Elles mordent très fort, et le caïman est généralement perdant…

Bref, nous retrouverons un peu plus loin la bête en question, qui se repose après tant d’émotion (et je ne parle pas des nôtres…) Le guide approche la barque, un peu, un peu plus, un peu plus encore… On se retrouve nez-à-museau avec le caïman qui nous observe du coin de l’oeil, et nous de nos 4 yeux. Autant dire que ça fout quelque frissons, on prends quelques photos et on repart (enfin le guide rame, parceque nous, on ne fait toujours pas grand chose…) !

Après ces 3 jours, nous repartirons bien riches d’émotions, d’expériences, de découvertes de bébêtes…Et surtout bien content de vivre dans un pays sans dents pointues ou pattes poilues (je parle des bêtes toujours).

Comme Kersu est un amoureux de la nature, il ne peut s’empêcher d’en ramener un peu avec lui comme souvenir. Rooooo, c’est krooooo mignon…. Sauf quand c’est une tique que l’on découvrira quelques jours plus tard à Lima. Un bon coup de stress et un épisode aux urgences pour enlever la p’tite bête, et des mois à venir surveiller qu’il n’y a pas de complications… Les petites bêtes sont finalement bien les plus pénibles !

Conclusion, encore une histoire exotique même pour les plus sceptiques, avec la nature, il faut rester tactique !

2 Commentaires

  1. Béa Béa
    4 janvier 2016    

    Superbes photos ! Bisous

  2. Daniel Daniel
    5 janvier 2016    

    Ouaah ! Votre épisode jungle est impressionnant ! Belles photos, et surtout des sensations fortes à la pelle ! Même pas peur ? Vraiment ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *